Superficie :
240 000 hectares

(1/3 public, 2/3 privé)

Plus de 31% de la superficie Départementale est composée de forêts, qui est à 90% composés de feuillus (chêne, hêtre, châtaignier, mélanges divers), qui façonne de nombreux paysages des Pyrénées-Atlantiques et joue un rôle dans son économie.

ABONDANTE MAIS PEU MOBILISÉE

Les Pyrénées-Atlantiques disposent d’un volume de bois de 31 millions de m3 en capitalisation, souffrant d’un déficit de gestion et de prélèvement. Chaque année, environ 30% de l’accroissement est perdu suite aux dépérissements des peuplements vieillissants ou inadaptés soit environ 300 000m3 de bois (IGN 2015).

Le taux de récolte départemental décline depuis plusieurs années pour atteindre actuellement 15% de l’accroissement forestier courant soit 157 000 m3 de bois récolté par an. Cette faible mobilisation est un frein à l’approvisionnement des unités consommatrices de bois et au bon développement de la filière locale. Il induit aussi des conséquences environnementales: faibles renouvellement et dégradation de la santé des forêts départementales.

Aujourd’hui la récolte se répartit de manière équilibrée entre les différents usages du bois sur le territoire (Bois d’œuvre : 37%, Bois industrie : 40%, Bois énergie : 23%), l’objectif est de préserver cet équilibre des usages pour conserver le tissu économique présent tout en répondant à la demande pour favoriser le développement de la filière Départementale.

IFB64 Forêt bois

Notre spécificité, créer de l'emploi

Ecorce de bois
01

EN MILIEU RURAL

avec les métiers liés à "l'amont" qui représentent près de 33% des emplois de production, gestion et première transformation de cette matière.

Scierie Lapassade intérieur
02

EN ZONE URBAINE

ou périurbaine avec les métiers liées à "l'aval" de la seconde transformation, la mise en oeuvre et prescription. Nous participons ainsi à un aménagement du territoire équilibré. Cependant c'est une filière fragile basée sur un tissu de PME fortement soumises aux fluctuations de marché.

Quelles sont nos actions ?

Si aujourd’hui il revient encore moins cher d’importer des produits en bois de l’autre bout de la France, de l’Europe ou du monde, cette situation est-elle bénéfique pour notre économie locale ?

Et si l’avenir était dans la </br>valorisation du bois local ?

Favoriser la gestion durable des forêts : Préservation, amélioration des forêts et maintien de leur rôle écologique et social. Participer à l’aménagement du territoire : Entretien des paysages et du patrimoine,Préservation.

1

Pourquoi utiliser des </br>essences locales ?

Avoir le choix d’une diversité d’essences et de produits.

2

Pourquoi utiliser les ressources </br>du territoire (circuit court) ?

Favoriser les circuits courts et réduire l’empreinte carbone Agir en faveur du changement climatique localement (stocker du carbone). Contribuer au développement économique local : Maintenir et développer les savoir-faire. Pérenniser les emplois locaux.

3

Une filière forêt bois local dynamique et innovante est une assurance pour l’avenir.